Trafic de déchets : David Derrouet, l’ancien maire de Fleury-Mérogis, mis en examen pour corruption

0
42
Trafic de déchets : David Derrouet, l’ancien maire de Fleury-Mérogis, mis en examen pour corruption

Paris 2024 : pour éviter l’engorgement des transports durant les JO, Clément Beaune invite les Franciliens à « s’organiser différemment » Pacte de stabilité : « La rationalité des règles budgétaires en vigueur dans l’Union européenne doit être revue » « Dubaï connexion, comment blanchir cinquante millions de dollars » : découvrez le troisième épisode de notre série vidéo « Narco Business » « Même si la clémence de l’agence de notation S&P a offert un répit à l’exécutif français, la mécanique de l’économie semble bel et bien se gripper » Guerre Israël-Hamas : « Il n’est pas question pour l’instant d’un horizon politique ambitieux : la solution des deux Etats. Benyamin Nétanyahou la refuse viscéralement » Les beaux livres de photographie sélectionnés par « Le Monde » : Paz Errazuriz, Evelyn Hofer, Anders Petersen, Eric Tabuchi… Selon le parquet, il encourt « dix ans d’emprisonnement et 1 million d’euros d’amende, ou le double du produit de l’infraction ». Un ancien maire de Fleury-Mérogis (Essonne) a été mis en examen, jeudi 7 décembre, pour corruption passive dans le cadre d’une enquête sur un trafic de déchets en bande organisée mettant en cause dix autres personnes, a annoncé le parquet de Paris, confirmant ainsi une information de Franceinfo. David Derrouet, maire entre 2009 et 2017 de cette commune de région parisienne, a été interpellé mardi sur commission rogatoire d’un juge d’instruction de la juridiction interrégionale spécialisée de Paris, selon une source proche du dossier et le parquet. Il est soupçonné d’avoir laissé enfouir des déchets sur sa commune en échange d’avantages, a précisé la source proche, sans détailler la nature des contreparties. A l’issue de sa garde à vue, l’ancien édile a été mis en examen pour corruption passive et placé sous contrôle judiciaire, a ajouté le parquet, en précisant qu’il encourait « dix ans d’emprisonnement et 1 million d’euros d’amende, ou le double du produit de l’infraction ». Les enquêteurs de la brigade de répression du banditisme de Versailles et de l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique, chargés des investigations, « ont mis en évidence un système de type “mafieux” permettant à des membres du grand banditisme parisien de blanchir des sommes importantes dans la filière du traitement des déchets autour de la société Terrasol, et plus spécifiquement celui du traitement des terres agricoles concernant notamment des terrains sur les communes de Vaujours (Seine-Saint-Denis) et Fleury-Mérogis », a détaillé le parquet. Selon Franceinfo, les bénéfices du traitement de 300 000 tonnes de terres polluées à Fleury-Mérogis « peuvent atteindre jusqu’à 9 millions d’euros ». Dix autres personnes ont été mises en examen dans cette information judiciaire ouverte en 2018 pour trafic de déchets en bande organisée, extorsion en bande organisée, association de malfaiteurs et corruption. Parmi les suspects figurent deux employés municipaux de Vaujours pour trafic d’influence. Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil. Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette). En cliquant sur « Continuer à lire ici » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte. Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

Lire aussi :  Lou Pernaut : Vomissements et fortes douleurs abdominales, ses publications dérangeantes