Soudan : en quête de légitimité, «Hemedti», le chef des paramilitaires, en tournée en Afrique

0
27
Soudan : en quête de légitimité, «Hemedti», le chef des paramilitaires, en tournée en Afrique

Discret depuis le début de la guerre au Soudan, le général Mohamed Hamdane Daglo effectue une tournée dans plusieurs capitales africaines, marquant ainsi son premier voyage à l’étranger depuis le début du conflit. Depuis le début de la guerre au Soudan le 15 avril, les apparitions publiques du général Mohamed Hamdane Daglo, commandant des Forces de soutien rapide (FSR), se sont faites rares alors que son rival, le chef de l’armée, le général Abdel Fattah al-Burhane, a multiplié les visites à l’étranger et s’est adressé à l’Assemblée générale de l’ONU en septembre en tant que dirigeant de facto du Soudan. Mais depuis le début de sa tournée le 27 décembre, le général Daglo, dit «Hemedti», a troqué son habituel treillis pour des costumes taillés sur mesure pour ses premiers déplacements à l’étranger en neuf mois de guerre. En Ouganda, en Éthiopie, à Djibouti, au Kenya, en Afrique du Sud et au Rwanda, il a été «accueilli avec les attributs d’un chef d’État», a assuré à l’AFP Clément Deshayes, spécialiste du Soudan à l’université de la Sorbonne à Paris. Le chef des FSR est «en pleine ascension», a déclaré à l’AFP Alex de Waal, spécialiste du Soudan. Mardi, il a signé à Addis Abeba une déclaration commune, sur une «cessation immédiate et inconditionnelle des hostilités», avec l’ancien Premier ministre du Soudan, Abdallah Hamdok, évincé lors d’un coup d’État en octobre 2021 mené par les généraux Burhane et Daglo qui étaient alors alliés. Abdallah Hamdok a ensuite été brièvement rétabli dans ses fonctions, avant de démissionner en janvier 2022 et de quitter le Soudan pour Abou Dhabi. La coalition de civils qu’il dirige, les Forces pour la liberté et le changement (FLC), a depuis fondé avec d’autres formations civiles, une autre coalition : Taqadum. Elle regroupe la société civile et des indépendants censés représenter les partisans d’un pouvoir civil au Soudan dirigé quasiment sans interruption par les militaires depuis son indépendance. Pour Andreas Krieg, professeur au King’s College de Londres, le général Daglo a délivré «le plus important des messages politiques qu’il aurait pu envoyer afin de gagner en légitimité» en s’assurant du soutien de Taqadum. Pendant des années, le général Daglo, qui a mené une politique de la terre brûlée au Darfour dans une guerre qui a fait des centaines de milliers de morts dans les années 2000, a multiplié les efforts pour passer du statut de chef de guerre à celui d’homme d’État. Aujourd’hui, une coalition civile «qui signe un accord» avec lui, malgré «le nettoyage ethnique au Darfour», le «légitime aux yeux de la communauté internationale», a déclaré à l’AFP Clément Deshayes. Avec un partenaire civil, il devient un leader potentiel plus acceptable pour les capitales occidentales, selon le professeur Krieg. Sur les réseaux sociaux toutefois, des militants prodémocratie ont accusé Abdallah Hamdok de trahir les civils. «C’est le même Hemedti qui a collaboré avec (l’armée) pour disperser le sit-in», a écrit un utilisateur sur X, faisant référence à la violente répression d’une manifestation en juin 2019 ayant fait au moins 128 morts. Abdallah Hamdok avait dit espérer «une réunion urgente» avec le général Burhane, mais ce dernier est désormais «très peu susceptible» d’accepter, d’après Cameron Hudson, du Centre d’études stratégiques et internationales. C’est «précisément le but recherché, car cela donnera l’impression que l’armée est opposée à la paix et présentera Hemedti comme plus raisonnable et plus responsable», ajoute-t-il. Abdallah Hamdok a commis une grave «erreur diplomatique» en ostracisant l’armée, selon M. de Waal. Les déplacements de Hemedti ont en effet suscité la colère du chef de l’armée, qui a accusé les dirigeants africains de «s’associer à l’assassinat du peuple soudanais». Jeudi, Khartoum a rappelé son ambassadeur à Nairobi après que le président kenyan a reçu le général Daglo. Des experts ont pointé du doigt un présumé marionnettiste derrière la stratégie du général Daglo : les Émirats arabes unis. Selon Andreas Krieg, les Émirats «élaborent un récit dans lequel Hemedti apparaît comme un leader politique potentiel» avec Taqadum lui apportant une caution civile. Les paramilitaires contrôlent désormais Khartoum, la quasi-totalité de la vaste région occidentale du Darfour et ont pénétré dans l’État d’al-Jazira (centre-est). L’armée, elle, s’est retrouvée «de plus en plus isolée», selon Clément Deshayes, ses défaites militaires éloignant même son proche allié et grand voisin du nord, l’Égypte. Pendant des mois, les efforts diplomatiques pour mettre fin aux hostilités ont été vains, mais le général Daglo peut désormais «entamer les négociations en position de force». Diogène
le 06/01/2024 à 10:58 Ces paramilitaires sont les créatures des Etats-Unis (comme les talibans, les rebelles syriens, etc…) pour lutter contre le gouvernement légitime soudanais qui a le malheur d’être proche des russes et prêt à autoriser une base militaire sur ses côtes. Tout ceci pour un yankee vaut bien une guerre aux milliers de victimes civiles n’est-ce pas ?…
Le premier ministre portugais Antonio Costa, qui a démissionné après avoir vu son nom cité dans une affaire…

Lire aussi :  Les manifestations se poursuivent au Pérou après la détention de l'ex-président (IMAGES)

«Cela ne signifie pas que tous les policiers sont racistes», a toutefois tempéré Gavin Stephens, président du Conseil national des commissaires de police britannique, dans une interview au Guardian.

Cinq membres d’un commando de la Marine nationale sénégalaise sont portés disparus depuis leur intervention…
À tout moment, vous pouvez modifier vos choix via le bouton “paramétrer les cookies†en bas de page.