“Néofasciste!”: le concert du Nouvel An à l’Opéra de Nice perturbé par des manifestants opposés à la présence de la cheffe d’orchestre Beatrice Venezi

0
51
"Néofasciste!": le concert du Nouvel An à l’Opéra de Nice perturbé par des manifestants opposés à la présence de la cheffe d’orchestre Beatrice Venezi

Notes… et fausses notes. Des manifestants ont perturbé ce lundi 1er janvier le concert gratuit du Nouvel An à l’Opéra de Nice, révèle BFM Côte d’Azur. Un concert qui était entièrement consacré aux plus belles valses de Vienne. Les quatre militants ont brandi une banderole “pas de facho à l’Opéra” à l’intérieur de la salle, avant d’être sortis de l’enceinte par les organisateurs. Les manifestants protestaient contre la venue de Béatrice Venezi, cheffe d’orchestre italienne, qui dirigeait ce jour l’Orchestre philharmonique de Nice. Depuis l’annonce de sa venue en décembre à Nice pour plusieurs évènements, un collectif d’associations avait lancé la fronde contre la jeune femme, qualifiée de “néofasciste”. Qui est Beatrice Venezi, la cheffe d’orchestre qualifiée de “néofasciste” dont la venue a fait polémique à l’opéra de Nice? Beatrice Venezi est proche de Giorgia Meloni, la présidente du conseil italien. “Elle a assisté, en mai 2022, à la convention du parti d’extrême droite Fratelli d’Italia et se montre soucieuse de donner à l’idéologie qu’elle défend la plus grande visibilité possible, utilisant pour ce fait sa notoriété”, avait déclaré David Nakache, président de Tous Citoyens, lors de la manifestation du 21 décembre devant l’Opéra, lors de la première prestation de la maestro. En juillet dernier, le collectif avait déjà demandé à la direction de l’Opéra d’annuler la venue de la cheffe italienne. “La musique ayant le pouvoir de transcender les clivages et de rassembler les individus autour d’une expérience commune, il est essentiel de séparer l’art de la politique”, avait alors rétorqué Bertrand Rossi, le directeur général de l’Opéra de Nice.
“Rhôooooooooo!”

Lire aussi :  Cavs - Knicks, l'aperçu du match 5 : le moment du premier bouleversement ?

Vous utilisez un AdBlock?! 🙂
Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre. Nous avons besoin de vos cookies pour vous offrir une expérience de lecture optimale et vous proposer des publicités personnalisées. Accepter les cookies, c’est permettre grâce aux revenus complémentaires de soutenir le travail de nos 180 journalistes qui veillent au quotidien à vous offrir une information de qualité et diversifiée. Ainsi, vous pourrez accéder librement au site.