Les Ukrainiens ont attendu qu’un pont russe stratégique soit presque terminé pour le faire exploser

0
44

Ils ont le sens du timing, et de l’humour.

Les Ukrainiens auraient joué un drôle de tour à l’occupant russe le week-end des 6 et 7 janvier 2024, si l’on en croit un article de Forbes. Des roquettes apparemment ukrainiennes auraient fait sauter un pont ferroviaire en construction au sud de Hranitne (oblast de Donetsk, dans le sud-est de l’Ukraine), à 80 kilomètres de la ligne de front.

Cette action remarquable en tout point est un coup dur pour la Russie: le pont traversant le fleuve Kalmious, sur lequel travaillaient les ouvriers depuis septembre 2023 et qui était a priori quasiment terminé, devait permettre la création d’une nouvelle ligne d’approvisionnement, notamment dédiée aux forces du Kremlin assiégées en Crimée et dans les environs. Cinq mois d’efforts partis en fumée.

«Les Ukrainiens viennent de mettre à mal une importante initiative logistique russe et de retarder de près de six mois une planification sérieuse d’approvisionnement», écrit Stefan Korshak, journaliste pour le quotidien ukrainien Kyiv Post, sur son blog. Et ils l’ont fait au pire moment possible.

Lire aussi :  Russie : 20 drones ukrainiens et deux missiles visant la Crimée abattus par la défense antiaérienne

Depuis février 2022, pour ravitailler ses hommes disséminés dans le sud de l’Ukraine, la Russie pouvait acheminer matériel et marchandises en Crimée par bateau; par les routes et par rail via le pont du détroit de Kertch; ou par la voie ferrée qui traverse le sud-est du pays. Trois axes qui ont prioritairement été ciblés par les forces de Kiev.

Le pont de la rivière Kalmious

Côté maritime, l’armée ukrainienne a fait le boulot: la plupart des navires de la flotte russe dédiés au ravitaillement ont été coulés ou endommagés et les ports de Crimée sont aujourd’hui très risqués pour les bateaux restants. Le pont du détroit de Kertch, lui, a plusieurs fois été la cible d’attaques ukrainiennes. Quant à la principale voie ferrée, elle s’approche dangereusement de la ligne de front, ce qui en fait une cible facile pour des obusiers ennemis.

Moscou a donc lancé la construction d’une quatrième voie d’approvisionnement: un chemin de fer côtier qui devait franchir la rivière Kalmious grâce au fameux pont dont les travaux avaient été entamés en septembre dernier. Il semblerait que l’armée ukrainienne ait patiemment attendu qu’ils touchent à leur fin pour réduire ces efforts à néant: selon le journaliste du Kyiv Post Stefan Korshak, rien ne l’aurait empêchée d’attaquer plus tôt.

Lire aussi :  "Nouveau look, nouvelle coupe de cheveux" : Elodie Fontan canon en combinaison de cuir pour Tarek Boudali

Pour ce faire, l’armée ukrainienne aurait envoyé sur le pont des roquettes guidées par GPS et d’une portée de 80 kilomètres, tirées par es systèmes Himars américains, détruisant à la fois l’ouvrage et les espoirs russes de voir les troupes du Kremlin rapidement ravitaillées.

Cette stratégie réussit plutôt bien au pays de Volodymyr Zelensky. Par manque de matériel, les milliers de soldats russes placés dans le sud de l’oblast de Kherson n’ont toujours pas réussi à reprendre la tête de pont tenue par quelques centaines de marines ukrainiens.

#Les #Ukrainiens #ont #attendu #quun #pont #russe #stratégique #soit #presque #terminé #pour #faire #exploser #korii.slate.fr

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here