Les talibans adorent les cartes SIM, à tel point qu’ils en distribuent à tout le monde

0
31

Mais ce n’est pas vraiment un cadeau.

En novembre 2023, le Pakistan a entamé une phase d’expulsion de milliers de réfugiés afghans, les contraignant à réintégrer leur pays. La plupart avaient fui l’Afghanistan en 2021, lorsque les talibans en avaient repris le contrôle. Pauvreté, insalubrité, sous-alimentation, problèmes de logement: à leur retour, les anciens exilés ont (re)découvert un quotidien absolument affreux.

Une fois arrivées, les populations transférées ont reçu de la part des talibans un kit de bienvenue composé de tentes, de nourriture et de cartes SIM gratuites. C’est sur ce dernier point que se penche Rest of World, qui s’interroge: pourquoi offrir à ses habitants cet accès à la technologie et à l’information quand, par ailleurs, on prône l’obscurantisme? On rappelle que les femmes et les filles afghanes n’ont pas le droit de travailler pour des organisations non gouvernementales, ni d’avoir accès à l’éducation, ni même de fréquenter les parcs publics.

«Les familles peuvent recevoir jusqu’à quatre cartes SIM», confirme le journaliste afghan Attaullah Omar, qui a récemment visité les camps de Spin Boldak, situés à la frontière avec le Pakistan. Celui-ci précise qu’en revanche, au moment de leur retour forcé au pays, rares étaient les Afghans à disposer d’un téléphone, la plupart ayant été «volés par des soldats pakistanais».

Alors, pourquoi une telle générosité? La réponse semble hélas bien simple: parce que la carte SIM constitue un excellent mouchard. Le but de cette grande distribution est «probablement de pouvoir suivre les réfugiés», estime le journaliste.

Lire aussi :  Viol barbare à Cherbourg : le père de la victime déplore «l’absence de soutien du gouvernement»

Total contrôle

Ancien dirigeant de l’Autorité afghane de régulation des télécommunications, Mohammad Najeeb Azizi y voit lui aussi «le signe de l’intérêt du gouvernement pour la collecte et la centralisation des données biométriques à des fins d’identification, de pistage et de surveillance».

Contrôlant même les opérateurs privés, les talibans ont la mainmise sur l’ensemble du système de réseau et de communication du pays. Ils peuvent également couper l’accès à internet à tout moment, de façon à plonger la population dans l’obscurité numérique.

Les cinq opérateurs de télécommunication du pays se portent plutôt bien, note toutefois Mohammad Najeeb Azizi: leur croissance est positive et ils prévoient même leur expansion. Quelque 450 nouvelles antennes-relais devraient bientôt être installées grâce à un plan représentant plusieurs millions d’euros d’investissement.

C’est donc un gigantesque réseau de surveillance et de contrôle que l’autorité talibane a mis en place et qu’elle est en train de renforcer peu à peu. La conclusion apportée par Rest of World est terrible: en fournissant des cartes SIM à sa population, le pouvoir afghan démontre qu’il est prêt à courir le risque de donner à ses citoyens un certain accès à l’information et au monde extérieur. Car pouvoir suivre ses habitants à la trace pour mieux aliéner leur liberté, ça n’a pas de prix.

Lire aussi :  Crash de l’avion de Prigojine : le Kremlin fustige les insinuations occidentales

#Les #talibans #adorent #les #cartes #SIM #tel #point #quils #distribuent #tout #monde #korii.slate.fr

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here