Le télescope James-Webb a-t-il trouvé de la vie extraterrestre? Non. Enfin, si. Enfin, pas vraiment

0
214

C’est compliqué, d’accord?

Depuis plusieurs semaines, le bruit court dans les couloirs des observatoires, dans les salons WhatsApp d’astronomes tout à fait respectables, dans les forums en ligne d’astrobiologistes très sérieux: le télescope spatial James-Webb (JWST) aurait découvert une preuve de vie extraterrestre.

Les discussions ont été relancées ces derniers jours par la parution d’un article du magazine britannique The Spectator, intitulé «Avons-nous découvert des extraterrestres?» et publié le 8 janvier 2024. La réponse est «non», évidemment, mais un «non» très nuancé, comme le relaye Ars Technica.

The Spectator a notamment repris les propos de certains scientifiques britanniques, dont Rebecca Smethurst, astrophysicienne à l’université d’Oxford, qui a déclaré sur sa chaîne YouTube: «Je pense que nous allons lire un article [scientifique] à propos de preuves solides d’une biosignature sur une exoplanète très, très bientôt.»

Et l’astronaute britannique Timothy Peake de surenchérir, dans une interview pour la chaîne américaine CNBC: «Potentiellement, le télescope James-Webb a peut-être déjà trouvé [une vie extraterrestre]… C’est juste qu’ils ne veulent pas divulguer ou confirmer ces résultats tant qu’ils ne sont pas entièrement sûrs, mais nous avons trouvé une planète qui semble émettre des signaux forts de vie biologique.»

Bienvenue à K2-18b

Interrogée par Ars Technica, Knicole Colón, astrophysicienne pour la NASA en charge de la science des exoplanètes au sein du projet James-Webb, a répondu par la négative, sans toutefois se montrer très catégorique.

Lire aussi :  Texas A&M parmi une série d'appels de « swatting » sur les campus de l'État.

«Le télescope spatial James-Webb n’a pas trouvé de preuve définitive de vie sur une exoplanète», a-t-elle affirmé. D’autres observations devraient néanmoins conduire à l’identification «de biosignatures potentielles qui pourraient rendre l’habitabilité plus ou moins probable pour une exoplanète donnée».

Knicole Colón fait ici sûrement référence à K2-18b, une exoplanète environ 8,6 fois plus grande que la Terre et située à 120 années-lumière de notre système solaire. Le télescope James-Webb y aurait décelé des molécules de sulfure de diméthyle (DMS), un composé organique émis par le phytoplancton dans nos océans terriens et qui ne pourrait être produit que par une forme de vie organique.

Ce n’est pas une preuve définitive de la présence de vie sur K2-18b, mais ça y ressemble beaucoup. La réponse n’est donc pas «oui», ou «non», mais comme on vous le disait dès le début: «c’est compliqué». Les découvertes du télescope spatial sont prometteuses, mais les chercheurs de la NASA auront besoin de beaucoup plus de données avant d’organiser une conférence de presse pour nous annoncer une grande nouvelle.

Lire aussi :  Nous ne serons pas asservis par des robots - POLITICO

#télescope #JamesWebb #atil #trouvé #vie #extraterrestre #Enfin #Enfin #pas #vraiment #korii.slate.fr

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here