Home Actu Lait infantile contaminé : Lactalis réclame un milliard d’euros au laboratoire d’analyse Eurofins
Actu

Lait infantile contaminé : Lactalis réclame un milliard d’euros au laboratoire d’analyse Eurofins

Lait infantile contaminé : Lactalis réclame un milliard d'euros au laboratoire d'analyse Eurofins

Six ans après le scandale de la contamination aux salmonelles de laits infantiles, l’affaire rebondit.  Selon L’Informé, Lactalis réclame en justice plus d’un milliard d’euros au laboratoire Eurofins, estimant qu’il n’avait pas mené correctement ses analyses. Selon le site spécialisé, le géant mondial du lait a déposé fin mars une assignation au tribunal de commerce de Paris. Dans le détail, elle vise deux filiales du laboratoire Eurofins (Eurofins laboratoire de microbiologie Ouest et Eurofins NDSC Food France) et leurs assureurs, XL Insurance et HDI Global. Lactalis estime dans l’assignation que les deux filiales d’Eurofins sont « responsables du dommage subi (par Lactalis) consécutif à l’absence de détection par ces dernières de la contamination des produits à salmonella agona », rapporte L’Informé. Le groupe laitier évalue ce dommage à 1,07 milliard d’euros. Pour rappel, plusieurs dizaines de nourrissons avaient été atteints fin 2017 en France de salmonellose. Or ces intoxications alimentaires peuvent s’avérer très graves chez les plus faibles. Lactalis dénombre 37 enfants victimes. Le lien avait été fait avec la consommation d’un produit pour enfants, essentiellement de marques Milumel ou Picot, issu de l’usine de Craon (Mayenne). Sollicité par l’AFP, Lactalis a indiqué ne faire « aucun commentaire sur les pièces figurant au dossier judiciaire ». Egalement contacté, Eurofins n’avait pas réagi dans l’immédiat. Si cette procédure était confirmée, elle viendrait souligner la position de Lactalis, il y a quelques années déjà. Dans un entretien aux Echos début 2018, le patron de Lactalis, Emmanuel Besnier, s’en était déjà pris à Eurofins, sans le nommer directement. Il avait alors mis en doute la fiabilité des analyses qu’un « laboratoire extérieur de référence » avait effectuées à Craon. « Nous avons beaucoup de mal à comprendre comment 16.000 analyses réalisées en 2017 ont pu ne rien révéler. Nous avons des doutes sur la fiabilité de ces tests », avait-il alors déclaré. En réponse, le PDG d’Eurofins avait rétorqué que la stratégie de défense de Lactalis consistant à « se défausser » sur Eurofins était « extrêmement malheureuse ». Il avait alors défendu la « fiabilité » de ses analyses. Par ailleurs, Lactalis a été mis en examen en février dernier, notamment pour tromperie aggravée et blessures involontaires, dans une procédure séparée. « Défaut d’hygiène », consommateurs « trompés », déficit de « réaction »… En mettant en examen en début d’année le numéro un tricolore de l’agroalimentaire Lactalis pour le scandale du lait contaminé de 2017, les juges d’instruction ont énoncé une large liste de charges. Selon des éléments de l’enquête dont l’AFP avait eu connaissance l’été dernier, le groupe qui a intégré en 2022 le top 10 mondial de l’agroalimentaire, et qui vend les camemberts Président, la mozzarella Galbani ou le fromage à trous Leerdammer, est poursuivi pour trois infractions, à la satisfaction des parties civiles, parmi lesquelles l’Association des familles de victimes du lait contaminé aux salmonelles (AFVLCS). Selon les éléments dont l’AFP a eu connaissance, ces infections valent d’abord à la société une mise en examen pour blessures involontaires sur au moins 28 enfants, par « violation manifestement délibérée d’une obligation particulière de prudence ou de sécurité ».  L’entreprise dirigée par Emmanuel Besnier avait évoqué comme cause de la contamination des « travaux réalisés courant 1er semestre 2017 ». Sauf que le site de Craon avait déjà subi une précédente contamination à la salmonelle en 2005, affectant 146 nourrissons, alors qu’il n’appartenait pas encore à Lactalis. L’Institut Pasteur avait ensuite conclu que la bactérie présente à Craon avait subsisté entre 2005 et 2017, ce qu’un rapport d’octobre 2022 a semblé corroborer, évoquant une « probable (…) souche résidente dans un ou plusieurs points du site ». Pour les experts auteurs du document, restreindre la contamination à un seul événement épisodique « est certainement abusif ». Ils privilégient « une dégradation progressive de la maîtrise de l’hygiène ». Le document pointe un « manque de vigilance voire de clairvoyance » de l’entreprise « vis-à-vis des signaux négatifs répétés qui alertaient sur une perte de sécurité de fabrication » et « des plans d’actions/réactions peu lisibles et n’ayant pas permis le rétablissement de cette maîtrise ». Les juges les ont suivis : ils reprochent au groupe de n’avoir pas pris « les mesures nécessaires pour identifier les causes » et « corriger » les problèmes d’hygiène détectés en 2017. Ils mettent donc en cause Lactalis pour tromperie aggravée, deuxième délit, notamment sur « les risques inhérents à l’utilisation » de certaines poudres de lait fabriquées à Craon. Car pour les juges, troisième infraction, Lactalis n’a « pas engagé immédiatement les procédures de retrait » de lots fabriqués à Craon, et ce, malgré « des raisons de penser que ceux-ci étaient préjudiciables à la santé ». Le processus de retrait avait été chaotique. Le 2 décembre 2017, les autorités sanitaires avaient rappelé douze références de laits infantiles fabriqués dans l’usine de Mayenne, puis Bercy avait publié le 10 décembre une liste de plus de 600 lots rappelés, interdits à la consommation et à l’exportation. Après plusieurs semaines de crise, le groupe, réputé pour sa culture du secret, avait retiré mi-janvier 2018 la totalité de ses laits infantiles produits à Craon. La production avait été suspendue pendant plus de six mois. Devant les juges en février, le directeur juridique Fabrice Collier a assuré que Lactalis était « pleinement conscient du préjudice subi par les enfants et leurs parents », pour « la plupart (…) indemnisés ». « Nous souhaitons, tout autant que ces victimes, que la vérité soit faite sur les causes et origines » de cette contamination, avait ajouté le groupe. Mais Lactalis a aussi critiqué en interrogatoire deux des principales pièces à charge, des rapports de 2018 et 2019 de la Répression des fraudes (DGCCRF), les estimant dépourvus d’« explications » des « techniciens mis en cause ». « Lactalis n’a jamais mis sur le marché un produit qu’elle savait contaminé », a ajouté Fabrice Collier, ajoutant qu’il demeurait dans l’enquête « un travail sur la preuve important à réaliser ». Contacté début juillet, Lactalis avait indiqué à l’AFP que « l’enjeu » de l’enquête était « de permettre la manifestation de la vérité scientifique dans un dossier industriel particulièrement complexe ». Le groupe n’a « pas exercé de recours concernant sa mise en examen » et écarte à ce stade sa « responsabilité pénale ». Du lundi au vendredi, à 13h, recevez l’essentiel de l’actualité des
secteurs de l’industrie et des services À très bientôt sur le site de La Tribune et dans nos newsletters,
La rédaction de La Tribune. À très bientôt sur le site de La Tribune et dans nos newsletters,
La rédaction de La Tribune.
Découvrez l’ensemble des newsletters de La Tribune
La rédaction de La Tribune À très bientôt sur le site de La Tribune et dans nos newsletters,
La rédaction de La Tribune.
S’inscrire à la newsletter
Industrie & Services

GéoLean attend une nouvelle dynamique de son « Doing Center»

WorldCom et Qwest dans la ligne de mire de la SEC

À quoi sert l’État actionnaire ?

L’activité économique de la France stabilisée en septembre à -5% de son niveau d’avant-crise

Shanghai Automotive crée le plus grand groupe chinois automobile

Macron face au défi de l’aggravation de la pauvreté (50)

« La question, c’est de savoir si nous gérons ou si nous transformons » (Bruno Le Maire et Thomas Cazenave) (29)

Macron va lancer plusieurs programmes pour rééquilibrer la balance commerciale (27)

Voiture électrique : Renault promet un modèle à moins de 20.000 euros (25)

Glyphosate : le pesticide controversé réautorisé dans l’UE pour les dix prochaines années, la France fait part de ses « regrets » (23)

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.
Il n’y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous
réserve de validation.
Avec
La Tribune.fr,
prenez les bonnes décisions

Written by
Ebene Media

Toute l'actualité en direct. Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux: Abonnez-vous à Youtube: cliquez ici -- Suivez-nous sur Facebook: cliquez ici -- Suivez-nous sur Twitter: cliquez ici -- Suivez-nous sur Tik Tok: cliquez ici

Related Articles

Maïwenn sous protection rapprochée, ce geste impensable que Luc Besson a fait pour la protéger

Maïwenn, qui souffle sa 48e bougie ce mercredi, s’était confiée sur son...

Salman Rushdie poignardé et aveugle d’un oeil, dans son malheur, il a eu de la « chance » : « son assaillant n’avait aucune idée de… »

En août 2022, Salman Rushdie était victime d’une tentative d’assassinat. Aujourd’hui, deux...

Altercation Inès Reg/Natasha St-Pier dans DALS : l’humoriste tacle sa rivale, et Valérie Trierweiler aussi

Inès Reg était l’invitée de Laurent Ruquier dans « Les Grosses Têtes » ce...

Florent Pagny : Sa fille Aël dévoile une chevelure XXL et flamboyante, jusqu’où ira-t-elle ?

Alors que Florent Pagny se remet doucement de son cancer, sa fille...