Kyril Louis-Dreyfus et Sunderland s’excusent après une énorme bourde

0
26
Kyril Louis-Dreyfus et Sunderland s’excusent après une énorme bourde

Le 6 janvier, Sunderland accueillera Newcastle dans le cadre du troisième tour de la FA Cup. Une rencontre qui a provoqué l’ire des supporters des Black Cats, mais pour une raison pour le moins inattendue. Le Daily Mail nous apprend en effet que le club, dont Kyril Louis-Dreyfus est l’actionnaire majoritaire, a poussé le bouchon un peu trop loin. Alors que le Wear-Tyne derby s’annonce accroché, le club de Sunderland a voulu chouchouter 700 des 6000 fans des Magpies qui feront le déplacement au Stadium of Light. Pourquoi ? Parce qu’ils ont acheté des billets à près de 700€ pour être confortablement installés dans le Black Cats Bar. Et pour satisfaire ses visiteurs, Sunderland a tout simplement décoré l’endroit aux couleurs de Newcastle, allant même jusqu’à afficher des slogans des Toons sur les murs. Des photos ont été prises et publiées sur les réseaux sociaux, entraînant la colère des supporters des Black Cats… Mais le SAFC n’a pas tardé à réagir. Dans un communiqué publié en début de soirée sur son site officiel, l’actuel sixième de Championship a été obligé de présenter ses excuses à ses supporters afin de calmer le jeu : « Le Sunderland AFC reconnaît qu’une grave erreur de jugement a été commise en ce qui concerne le Black Cats Bar en début d’après-midi. Nous nous excusons auprès de nos supporters pour les inquiétudes compréhensibles qu’ils ont exprimées en réponse et ce sentiment est partagé par le groupe de propriétaires et le conseil d’administration du club, qui ont demandé qu’un examen immédiat soit entrepris pour déterminer comment ce processus s’est déroulé. Une décision directe a également été prise par le groupe de propriétaires et le conseil d’administration pour remettre l’espace dans son état d’origine et nous nous excusons une fois de plus auprès de nos supporters de ne pas avoir pris en compte cette question plus tôt.»

Lire aussi :  Coupe du monde : presque 30 ans après son passage au professionnalisme, le rugby lutte contre sa "footballisation"