Karl Paquette : “Le spectacle vivant, c’est irremplaçable”

0
29
Karl Paquette : "Le spectacle vivant, c'est irremplaçable"

Pourquoi ce choix de développer des ballets spécifiquement pour les enfants et les familles ? “Ce qui m’attire, c’est de transmettre”, explique Karl Paquette. “Je trouve que c’est important, vu mon parcours, de transmettre tout ce que j’ai appris de mes maîtres, de tous ces grands chorégraphes. “Mon premier Casse-noisette” est un ballet dédié pour la famille, pour les enfants, très accessible. Je trouve qu’il fallait revoir un peu ce format de ballet classique, qui est parfois un peu long à mon goût : on a des ballets qui peuvent durer jusqu’à trois heures ! Là, il fallait trouver une version de deux fois 40 minutes.” “On s’est placé dans le regard de l’enfant, qu’est-ce que l’enfant veut voir dans un spectacle de danse”, raconte-t-il. “On s’est dit qu’il fallait forcément que l’enfant soit heureux et ait envie de rire. Et à partir du moment où l’enfant est captivé, il est là, il est concentré jusqu’au bout. C’était fondamental. On a mis de la narration aussi dans ce ballet parce qu’on s’est dit qu’il fallait qu’un enfant comprenne bien ce qu’il a vu, et parfois il y a des choses qu’on ne peut pas raconter en 40 minutes.Sur une histoire qui est parfois un peu plus complexe, ça permet juste de resituer le débat.” “On a le retour de leur sourire, du son, de leurs rires, ça c’est pour nous très important, ça veut dire que ça marche, ça veut dire que l’histoire est comprise, ça veut dire que la danse est belle.” Comment convaincre les enfants de s’intéresser à un type de spectacle auquel il est déjà difficile de faire venir les adultes ? “Le spectacle vivant, c’est irremplaçable. Il y a quelque chose de magique”, assure le danseur-étoile. “C’est pas un film qu’ils viennent voir, c’est un film qui se déroule devant leurs yeux. C’est toute une histoire qu’on leur raconte. Et la danse, c’est éternel. Ça sera intemporel. On a quand même 24 danseurs en scène. Ça danse très, très bien. Je suis assez fier de tout ce groupe. C’est un ballet qui est réduit, pas simplifié, il est juste réduit. On a essayé de condenser toute l’histoire de ce Casse-Noisette en deux fois 40 minutes. Et ça reste un vrai challenge pour nous tous au quotidien.”

Lire aussi :  Des guitares mythiques d’Eric Clapton et Kurt Cobain mises aux enchères