Haute-Savoie. Intrusion au lycée de Bonneville : un élève interpellé, l’hypothèse d’une mauvaise blague

0
27
Haute-Savoie. Intrusion au lycée de Bonneville : un élève interpellé, l'hypothèse d'une mauvaise blague

Vous avez choisi de refuser le dépôt de cookies, vous pouvez à tout moment modifier votre choix, ici. Le contenu de ce site est le fruit du travail de journalistes qui vous apportent chaque jour une information locale de qualité, fiable, complète, et des services en ligne innovants. Ce travail s’appuie sur les revenus complémentaires de la publicité et de l’abonnement. Le Dauphiné Libéré, en tant que responsable de traitement, recueille dans ce formulaire des informations qui sont enregistrées dans un fichier informatisé par son Service Relations Clients, la finalité étant d’assurer la création et la gestion de votre compte, ainsi que des abonnements et autres services souscrits. Si vous y avez consenti, ces données peuvent également être utilisées pour l’envoi de newsletters et/ou d’offres promotionnelles par Le Dauphiné Libéré, les sociétés qui lui sont affiliées et/ou ses partenaires commerciaux. Vous pouvez exercer en permanence vos droits d’accès, rectification, effacement, limitation, opposition, retirer votre consentement et/ou pour toute question relative au traitement de vos données à caractère personnel en contactant [email protected] ou consulter les liens suivants : Protection des données, CGU du site et Contact. Le Délégué à la Protection des Données personnelles ([email protected]) est en copie de toute demande relative à vos informations personnelles.
L’édition du soir en numérique dès 21h30
Le journal en numérique dès 5h
Accédez à tous les contenus en illimité
Le jeune homme cagoulé qui s’est introduit dans une classe du lycée Guillaume-Fichet à Bonneville ce jour vers 15 heures pour y crier « Allah Akbar » a été interpellé près de son domicile par les gendarmes de la brigade de Bonneville à 19 heures.Il a été placé en garde à vue pour apologie du terrorisme et violences psychologiques sans incapacité de travail dans un établissement scolaire.Il s’agit d’un lycéen de 16 ans, scolarisé dans l’établissement, inconnu de la justice.Ses motivations restent à établir mais l’hypothèse d’un mauvais pari se dessine.Les 20 élèves de la classe de seconde concernée et leur professeur, directement victimes des faits, seront entendus et examinés par un médecin sur réquisition judiciaire aux fins d’évaluer le retentissement psychologique des faits.Une cellule d’écoute a été mise en place par le directeur académique pour les 950 élèves confinés pendant deux heures dans leurs classes.Le procureur de la République salue l’efficacité de la gendarmerie nationale, qui a déployé immédiatement une centaine de militaires de la Haute-Savoie pour sécuriser l’établissement scolaire et ses alentours et parvenir très rapidement à l’identification et l’interpellation de l’auteur. “Une enquête a été ouverte pour éclaircir l’origine et les circonstances ayant conduit à cette alerte intrusion. L’hypothèse d’un mauvais pari entre jeunes est évoqué mais des investigations sont en cours et je laisserai le soin au parquet de Bonneville de communiquer sur les aspects judiciaires. Il est important de souligner le sang froid du chef d’établissement et de son équipe ainsi que la réactivité des gendarmes qui se sont rapidement déployés sur le lycée et les établissements alentours pour préserver la sécurité des élèves. Je comprends que cela a pu sembler long aux élèves mais le professionnalisme des gendarmes a permis de lever les doutes et d’autoriser le déconfinement dans un délai raisonnable”, a commenté Animya N’Tchandy, directrice de cabinet du préfet de la Haute-Savoie. “J’étais en fin de cours de SVT quand l’alerte est tombée, on a pensé à un exercice au début et on a fermé les portes. On est restés 2h30 dans la classe, lumières éteintes et rideaux tirés, on a eu aucune information. C’était long, on a eu faim et soif. Certains étaient stressés mais je ne l’ai pas trop mal vécu, je n’ai pas eu peur”, témoigne Damien, 15 ans, élève de seconde. En 2017 déjà, une intrusion s’était produite dans le lycée Guillaume-Fichet de Bonneville. Un homme armé avait pénétré dans la cour de l’établissement. L’ensemble des élèves a pu évacuer le lycée. Le sous-préfet Rémy Darroux évoque une possible “blague potache de très mauvais goût”, dans la veine des fausses alertes à la bombe qui s’étaient multipliées en fin d’année dernière. “C’était stressant et long, l’alerte a été donnée un peu avant la récréation mais le temps que les infos circulent j’étais déjà sorti dans la cour quand les gendarmes nous ont dirigé vers le parking à côté du gymnase. Ils l’ont inspecté avant de nous y confiner. On y est restés deux heures avant d’être libérés. Palpation et contrôle d’identité pour tout le monde, j’étais au bout de la file, c’était très long”, témoigne Nfali, 16 ans, élève de seconde. “Je suis traumatisée. Nous sommes restés deux heures dans le noir sous les tables dans la classe, volets baissés. Nous devions chuchoter si on voulait échanger avec notre professeur, c’etait très très long”, témoigne Mellina, 15 ans. Dès l’alerte intrusion, l’élève de seconde a prévenu son père par SMS. “J’étais au travail à Genève, elle me disait qu’elle avait peur, qu’il y avait quelqu’un qui était rentré dans l’établissement. Je n’ai pas pu m’empêcher de bombarder sur la route pour venir la récupérer”, explique Mohamed, le papa. “J’ai été prévenu par texto. Ma fille a vu un individu dans le couloir, elle a pensé qu’il était un peu dérangé puis elle a reconnu l’alerte intrusion. Ils se sont confinés sous les tables dans la salle de classe. On est resté en contact par message”, explique Pierre en attendant sa fille, en classe de seconde. “Je ne me suis pas trop inquiété quand j’ai vu tous les gendarmes présents.” Prévenus par téléphone par leurs enfants, de nombreux parents ont quitté précipitamment leur travail. Beaucoup d’informations confuses ont circulé (présence de plusieurs individus, arme blanche et même attentat), faisant craindre le pire aux parents. “J’étais en récréation, j’allais retourner en cours quand j’ai vu une foule aller vers le gymnase. On a été fouillé à l’entrée et à la sortie. On y a passé un peu plus d’une heure”, témoigne Shayana, élève en dernière année de CAP au lycée Guillaume-Fichet, en train d’attendre une amie restée dans l’établissement. Karine Bouisset, procureur de la République au Tribunal judiciaire de Bonneville, a confirmé l’intrusion d’un individu dans l’établissement : « Ce jour à 15h un homme jeune cagoulé s’est introduit dans le lycée Guillaume Fichet de Bonneville et s’est rendu dans une classe de l’établissement où il a crié « Allah Akbar ».Conformément aux consignes de sécurité applicables dans ce type de cas, les élèves et enseignants se sont confinés. L’individu a quitté les lieux.L’enquête est en cours afin de permettre l’identification de cet individu et déterminer s’il s’agit d’un élève de l’établissement ou d’une personne extérieure, étant précisé que l’accès à l’établissement n’est rendu possible que par un portique sécurisé.Aucune notion d’arme n’a été évoquée à ce stade de l’enquête. » L’attente se fait longue pour les parents devant la grille du lycée. Les élèves confinés dans le gymnase sortent au compte gouttes. D’après nos informations, le dispositif des forces de l’ordre serait en train d’être levé, à 17h45.Sur place, la situation reste extrêmement confuse, certains témoignages faisant état d’une “mauvaise blague”.Selon les services de l’État, tout risque pour les élèves serait en tout cas écarté à l’heure actuelle.La situation a en tout état de cause été prise avec sérieux par les forces de l’ordre et plusieurs vidéos, filmées par des élèves, montrent des gendarmes en tenue d’intervention et armés se déplaçant dans l’établissement. Les parents d’élèves sont invités à se rendre sur le parking du gymnase en attendant de récupérer leur enfant. Selon le maire de Bonneville, Stéphane Valli, les lycéens sont confinés mais en sécurité. Les recherches sont toujours en cours pour retrouver l’homme qui s’est introduit dans l’établissement. La gendarmerie est sur place et un important dispositif de sécurité est en place depuis 16 heures. Selon nos informations, un individu armé serait rentré dans l’établissement en criant « Allah Akbar ». Les élèves ont été confinés dans le gymnase.

Lire aussi :  Meghan Markle : Une rencontre secrète alors qu'elle était en compétition avec son mari aux Invictus Games...