Guillaume Tabard: «Ce qu’Emmanuel Macron attend d’un premier ministre»

0
31
Guillaume Tabard: «Ce qu’Emmanuel Macron attend d’un premier ministre»

CONTRE-POINT – Au regard de ses trois choix successifs, il n’y a aucune raison pour que ce schéma change. Emmanuel Macron est ravi de son choix. Pas pour Matignon, mais l’Éducation nationale. En cinq mois, Gabriel Attal a donné un cap clair et imprimé sa marque. Il l’a confié à plusieurs interlocuteurs de ces derniers jours: ce qui compte, c’est d’avoir des ministres qui existent, capables de faire bouger les choses dans leur propre secteur. Faut-il en déduire que le choix d’un premier ministre est secondaire? Comme Giscard en 1974 ou Sarkozy en 2007, Macron assume que la plénitude du pouvoir s’exerce à l’Élysée. L’idée d’un exécutif à deux têtes est un non-sens à ses yeux. Aussi bien pour des raisons de conception institutionnelle que de tempérament personnel. Et plus encore au moment où il doit réussir un nouveau «rendez-vous avec la nation». Il suffit de regarder ses trois choix successifs. Édouard Philippe, Jean Castex, Élisabeth Borne: trois personnes à la notoriété quasi nulle lors de leur nomination ; trois personnes n’ayant aucun capital politique personnel préalable ; trois personnes…
Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 67% à découvrir.

Lire aussi :  Pour Sandrine Rousseau, le PDG de Total est «dangereux» et «coupable d’écocide»

Déjà abonné ?
Connectez-vous

bramante
le 09/01/2024 à 06:48 winc44 : “Et ce que les français attendent du favori du moment de Micron ? ” —- ça ne compte pas pour le choix bramante
le 09/01/2024 à 06:46 ce qui est attendu du premier ministre 1/ la servilité 2/ prendre les coups à la place du chef Winch44
le 09/01/2024 à 04:35 SONDAGE – La dernière vague de notre étude Odoxa-Backbone Consulting pour Le Figaro révèle que deux tiers des Français souhaitent le départ de la première ministre.

En demandant à sa première ministre et au gouvernement «d’agir encore plus vite» face aux inondations dans le Pas-de-Calais, Emmanuel Macron opte implicitement pour le statu quo.
INFO LE FIGARO – Le président de la République s’est entretenu avec Bruno Le Maire vendredi soir, quelques jours après que Clément Beaune est allé «faire acte de contrition» auprès d’Alexis Kohler.