Grâce aux drones, l’Ukraine largue désormais ses mines antichars derrière les positions ennemies

0
15

Une tactique discrète, rapide et très efficace.

On savait déjà que les troupes ukrainiennes utilisaient leurs drones pour larguer des mines antichars contre les véhicules blindés russes, mais il semblerait qu’elles soient passées à la vitesse supérieure.

Dorénavant, des essaims de drones lourds seraient envoyés vers les lignes ennemies pour y semer des mines, nous apprend Forbes. Ce job auparavant réservé aux humains ne devrait pourtant pas manquer aux soldats désormais mis au chômage, tant il s’agit de missions périlleuses.

Il faut dire que les drones ont un sérieux avantage: ils peuvent aller créer des champs de mines derrière les lignes russes, un travail extrêmement complexe –voire suicidaire– pour des soldats en chair et en os.

«Maintenant, les drones sont utilisés non seulement pour l’identification et l’engagement des cibles, la reconnaissance aérienne […] et le largage de grenades, mais aussi pour la pose de mines, remarque la Conflict Intelligence Team, organisation d’enquête indépendante d’origine russe, dans un rapport publié le 29 décembre 2023. Les munitions larguées au sol n’explosent pas à l’impact et deviennent des mines terrestres.»

Tuning de mines

Toujours selon la Conflict Intelligence Team, les troupes de Kiev privilégieraient pour ce genre de missions des mines antichars PTM-3 de fabrication soviétique légèrement modifiées. Les fusibles d’origines seraient remplacés par des versions plus abouties, «munies d’un gyroscope, d’un accéléromètre et d’un magnétomètre qui activent la mine lorsqu’elle est touchée ou déplacée».

«Les mines peuvent également se déclencher lorsque des véhicules blindés, voire des soldats portant des armes ou des gilets pare-balles, passent à proximité», précise le rapport de l’organisation indépendante russe. Un atout certain qui explique sûrement pourquoi l’armée ukrainienne multiplie les largages de ces charges explosives ces dernières semaines.

Lire aussi :  La Russie gaspille ses missiles sur des HIMARS en bois

C’est sûrement ainsi qu’ont procédé les brigades ukrainiennes défendant le village de Synkivka (oblast de Kharkiv), situé près de Koupiansk dans le nord-est de l’Ukraine, à la fin du mois de décembre 2023. Elles ont su profiter des courts répits entre les vagues d’assauts des chars russes pour replanter un champ de mines stratégique. Une tactique rapide, discrète et très efficace.

Les mines antichars larguées par les drones ukrainiens permettent également de piéger les routes de ravitaillement utilisées par l’ennemi, notamment près de Krynky (oblast de Kherson, sud du pays), village servant de tête de pont aux Ukrainiens ayant débarqué durant l’automne sur la rive du fleuve Dniepr occupée par les Russes.

Évidemment, les Russes sont tout à fait capables d’adopter cette tactique, avec une limite toutefois: dans certaines zones clés (comme Krynky), le brouillage radio ukrainien est tellement efficace qu’il annihile quasiment toute tentative de décollage des drones russes.

Lire aussi :  En tournée dans le Golfe, Erdogan espère attirer les investissements des pétro-monarchies

#Grâce #aux #drones #lUkraine #largue #désormais #ses #mines #antichars #derrière #les #positions #ennemies #korii.slate.fr

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here