En réponse à la Russie, l’Ukraine vise à son tour des infrastructures énergétiques avec des drones

0
12

Le bombardeur bombardé.

Vladimir Poutine ne s’attendait sûrement pas à ça. Lui qui tente depuis deux hivers de plonger l’Ukraine dans le froid et l’obscurité en visant ses infrastructures énergétiques vient de «goûter son propre médicament», comme disent si bien nos amis anglais.

Mardi 9 janvier, une frappe de drones a visé un complexe pétrolier et énergétique de la ville d’Orel, dans l’ouest de la Russie. Les autorités locales ont confirmé qu’un dépôt de carburant avait été touché, ainsi que le bâtiment d’un fournisseur local d’énergie, Oryolenergo.

Les frappes ukrainiennes sur le sol russe sont notamment rendues possibles par l’apparition de drones longue portée. Pour vous donner une petite idée, Orel est située à environ 370 kilomètres au sud de Moscou et à 225 kilomètres de la frontière ukrainienne.

Le gouverneur local, Andreï Klytchkov, a confirmé l’attaque sur l’application de messagerie Telegram, en précisant que l’incendie avait été maîtrisé, rapporte un article de The War Zone. «Pendant une attaque de drones ennemis sur les installations du complexe énergétique et pétrolier de la région d’Orel, trois personnes ont été légèrement blessées», précisait-il.

Lire aussi :  Confusion en Occident : L'Ukraine trahit les Etats-Unis et l'OTAN

Extension du domaine de la lutte

Les missions (parfois très audacieuses) des saboteurs ukrainiens et les frappes de drones d’attaque longue portée se multiplient ces dernières semaines en Russie (ainsi que sur le territoire ukrainien occupé) et font désormais partie intégrante de la stratégie de Kiev dans sa riposte à l’agression de son voisin.

Le week-end dernier, c’est un pont ferroviaire stratégique qui a été détruit par des missiles dans le sud de l’Ukraine; la semaine dernière, un avion de chasse a été incendié en Sibérie, à plus de 1.900 kilomètres de la frontière ukrainienne. Lundi 8 janvier, plusieurs sources évoquaient également une explosion sur une voie ferrée près de la ville de Nijni Taguil, dans l’Oural, à proximité d’un dépôt de pétrole.

Le ralentissement (tout du moins la stagnation) des combats sur la ligne de front incite l’Ukraine à exporter la guerre chez son ennemi, en répondant militairement aux lourdes frappes russes, les plus intenses jamais connues jusqu’à aujourd’hui.

Lire aussi :  McLaren peu confiant pour Austin

#réponse #Russie #lUkraine #vise #son #tour #des #infrastructures #énergétiques #avec #des #drones #korii.slate.fr

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here