Cendres de célébrités, tentative d’alunissage… Ce qu’il faut savoir sur la fusée « Vulcan Centaur »

0
19
Cendres de célébrités, tentative d’alunissage… Ce qu’il faut savoir sur la fusée « Vulcan Centaur »

Ouest-France n’utilisera pas les emails fournis pour d’autres communications sans le consentement du ou des destinataires. La fusée privée américaine « Vulcan Centaur » a décollé, ce lundi 8 janvier 2024, vers la Lune. Elle porte à son bord les cendres de dizaines de célébrités dont celles d’anciens présidents américains. Voici ce qu’il faut savoir sur cet étonnant vaisseau. Près de 50 ans après les missions Apollo, les États-Unis ont envoyé, ce lundi 8 janvier 2024, la fusée Vulcan Centaur vers la Lune. Le vaisseau privé transporte une cargaison pour la moins originale, avec un alunisseur et… des cendres humaines. Voici qu’il faut savoir sur cette mission spatiale. Il aura fallu dix ans au groupe ULA (co-entreprise constituée de Boeing et Lockheed Martin) pour développer Vulcan Center. Mark Peller, son vice-président, a déclaré qu’il représentait « le futur de la compagnie ». Et pour cause, si le Vulcan Centaur réussit à se poser sur la Lune, l’entreprise ULA pourra rapidement concurrence la firme d’Elon Musk, Space X. ULA, qui prévoit six lancements de Vulcan Centaur cette année, souhaite récupérer ses moteurs après chaque vol pour augmenter encore la rentabilité de ses activités. La fusée Vulcan Centaur a décollé ce lundi 8 janvier depuis la base de Cap Canaveral, en Floride, à 2 h 18, heure locale. Elle transporte une technologie de pointe, pensée par la start-up Astrobotic, nommée Peregrine. L’alunisseur Peregrine est le premier appareil américain privé qui ambitionne de se poser sur la Lune. Comme le décrit BFMTV , l’engin spatial doit se séparer de la fusée « 50 minutes après le décollage » pour se poser sur la Lune en toute autonomie. Si tel est le cas, Astrobotic sera la première entreprise à poser un engin spatial sur le satellite naturel. Lire aussi : L’Inde lance sa fusée non habitée vers la Lune, quatre ans après un échec à l’alunissage Le lieu d’atterrissage visé est situé sur la face visible de la Lune, rapporte l’AFP, près de mystérieux dômes formés par de la lave mais que les scientifiques peinent à expliquer. Outre le transport de l’atterrisseur Peregrine, la fusée américaine emporte avec elle une cargaison d’ordre « commémorative ». Dans des capsules scellées se trouvent les informations génétiques sous forme d’ADN de trois présidents américains : George Washington, Dwight D. Eisenhower et John F. Kennedy. « L’ADN de ces présidents peut en dire davantage aux civilisations futures qui pourraient s’installer dans l’espace lointain sur les dirigeants et la culture américaine du passé », a déclaré l’entreprise Celestis dans un article. « Il s’agit d’une occasion unique et nous sommes reconnaissants de voler avec des personnes aussi éminentes », a déclaré le PDG d’ULA, Tory Bruno, relayé par l’AFP. L’ingénieur aérospatial a lui-même transmis son ADN afin qu’il fasse partie du voyage. Sa décision est notamment motivée par la présence de cendres ou d’ADN de dizaines de célébrités, comme celle du créateur du créateur de la série Star Trek, Gene Roddenburry, et d’autres acteurs de la série : Nichelle Nichols, DeForest Kelley, James Doohan… « Qui ne voudrait pas aller dans l’espace avec cinq personnes de Star Trek ? », s’était réjoui Tory Bruno dans la presse américaine. Cette drôle de cargaison est rendue possible grâce au partenariat avec l’entreprise Celestis , spécialisée dans les « vols spatiaux mémoriaux ». En mai 2023, cette même entreprise avait envoyé 120 urnes funéraires – dont celle d’un ancien scientifique de la Nasa Philip K. Chapman ou encore celle de la chimiste Louise Ann O’Deen – sur la Lune. Le voyage n’a été que de courte durée en raison d’une explosion de la fusée en plein vol. L’envoi de ces cendres sur la Lune a suscité la controverse. Le fils de Gene Roddenberry, relayé par BFMTV, a salué cette initiative : « Mon père a créé Star Trek qui parle d’aller là où personne n’est jamais allé avant. » La fille d’une défunte concernée par ce vol n’imaginait pas « meilleur moyen de rendre hommage (à sa mère). » Pour autant, ce voyage revêt un caractère irrévérencieux selon la tribu amérindienne Navajo, qui pointe du doigt « la profanation d’un lieu sacré. » Le président du peuple autochtone, Buu Nygren, a expliqué que la Lune faisait partie « de (leur) héritage spirituel, un objet de révérence et de respect. » Il a adressé une lettre à la Nasa le 21 décembre pour s’opposer à la mission, en vain. Après le décollage réalisé avec succès, il faut attendre le 23 février pour savoir si l’alunisseur Peregrine se posera sur la surface lunaire. Alors que son patron est visé par une plainte de l’Agence américaine du droit du travail (NLRB) pour licenciement illégal d’employés, l’entreprise SpaceX a riposté en portant plainte contre l’inspection. La Nasa a fait traverser 31 millions de kilomètres en 101 secondes à une vidéo de chat. Cette prouesse, réalisée grâce à la sonde Psyché, lundi 11 décembre 2023, visait à tester le DSOC, un système de communication par laser. Cette technologie devrait remplacer les ondes radio pour transmettre une grande quantité de données lors des missions habitées vers Mars.

Lire aussi :  Résultats de WWE SummerSlam 2023 : Logan Paul vs. Ricochet

Les applications mobiles du groupe SIPA Ouest-France disponibles en téléchargement

Vous pouvez changer d’avis en cliquant sur “Modifier mes choix de cookies” en bas de page.