Home Actu Caroline de Monaco : Son fils Pierre Casiraghi lâche le costume cravate pour un accoutrement dans lequel on ne l’attendait pas
Actu

Caroline de Monaco : Son fils Pierre Casiraghi lâche le costume cravate pour un accoutrement dans lequel on ne l’attendait pas

Sous le regard du prince Albert de Monaco, le fils de Caroline de Monaco, Pierre Casiraghi, a participé à un tournoi un peu particulier qui s’est déroulé sur le Rocher le 15 juin 2024. Pour cela, il a dû revêtir un accoutrement très spécifique.

Caroline de Monaco : Son fils Pierre Casiraghi lâche le costume cravate pour un accoutrement dans lequel on ne l’attendait pas


Pierre Casiraghi a laissé le costume au placard le temps de quelques heures
Exclusif - Pierre Casiraghi a participé au tournoi de Béhourd (combat médiéval) de la Principauté de Monaco avec son équipe Les Grimaldi Milites sous le regard de son oncle le prince Albert II de Monaco, au chapiteau Fontvieille, France. Les monégasques ont rencontré l'équipe Martel, venant de Paris, les lyonnais de la Confrérie des Loups, Les Comtois de Franche Comté, les Faucons Noirs de Touraine et les Bannerets d'Auvergne. Les Grimaldi Milites ont terminé 3eme de ce tournoi. Le béhourd est une forme de combat médiéval. Il s'agit d'une adaptation contemporaine d'une pratique sportive et guerrière ancienne. Les compétiteurs s'y affrontent en armure complète, à pieds, avec des armes en acier qui ne sont ni pointues, ni tranchantes. Les combats en équipes sont les plus populaires. Dans de tels affrontements, les coups sont portés à pleine puissance, et seules certaines techniques jugées trop dangereuses comme les coups d'estoc (c'est-à-dire portés avec la pointe, pour planter) ou les coups derrière les genoux sont interdites. Les coups de pieds, de poings, de genoux, les prises de corps à corps sont autorisés. L'équipe qui gagne est celle qui parvient à terminer la manche avec encore au moins un joueur debout sur ses deux jambes. Le but est donc de faire chuter les membres de l'équipe adverse par tous les moyens autorisés, l'arme à la main. Cette pratique se revendique héritière des tournois médiévaux, qu'elle entend remettre au goût du jour sous forme sportive, mais aussi culturelle de par sa dimension historique, qui transmet un savoir sur l'histoire de France, sur la chevalerie et sur la guerre au Moyen-Âge de façon ludique et spectaculaire. Cette pratique est apparue au XIIème siècle, a évolué jusqu'au XVIème siècle pour finalement s'éteindre et réapparaître aujourd'hui sous cette nouvelle forme sportive. © Bruno Bebert/Bestimage


Il faut qu'il n'en a pas besoin pour l'activité sportive plutôt insolite qu'il pratique
Exclusif - Pierre Casiraghi a participé au tournoi de Béhourd (combat médiéval) de la Principauté de Monaco avec son équipe Les Grimaldi Milites sous le regard de son oncle le prince Albert II de Monaco, au chapiteau Fontvieille, France, le 15 juin 2024. Les monégasques ont rencontré l'équipe Martel, venant de Paris, les lyonnais de la Confrérie des Loups, Les Comtois de Franche Comté, les Faucons Noirs de Touraine et les Bannerets d'Auvergne. Les Grimaldi Milites ont terminé 3eme de ce tournoi. Le béhourd est une forme de combat médiéval. Il s'agit d'une adaptation contemporaine d'une pratique sportive et guerrière ancienne. Les compétiteurs s'y affrontent en armure complète, à pieds, avec des armes en acier qui ne sont ni pointues, ni tranchantes. Les combats en équipes sont les plus populaires. Dans de tels affrontements, les coups sont portés à pleine puissance, et seules certaines techniques jugées trop dangereuses comme les coups d'estoc (c'est-à-dire portés avec la pointe, pour planter) ou les coups derrière les genoux sont interdites. Les coups de pieds, de poings, de genoux, les prises de corps à corps sont autorisés. L'équipe qui gagne est celle qui parvient à terminer la manche avec encore au moins un joueur debout sur ses deux jambes. Le but est donc de faire chuter les membres de l'équipe adverse par tous les moyens autorisés, l'arme à la main. Cette pratique se revendique héritière des tournois médiévaux, qu'elle entend remettre au goût du jour sous forme sportive, mais aussi culturelle de par sa dimension historique, qui transmet un savoir sur l'histoire de France, sur la chevalerie et sur la guerre au Moyen-Âge de façon ludique et spectaculaire. Cette pratique est apparue au XIIème siècle, a évolué jusqu'au XVIème siècle pour finalement s'éteindre et réapparaître aujourd'hui sous cette nouvelle forme sportive. © Bruno Bebert/Bestimage


En effet, Pierre Casiraghi s'exerce au combat médiéval, aussi appelé Béhourd
Exclusif - Pierre Casiraghi a participé au tournoi de Béhourd (combat médiéval) de la Principauté de Monaco avec son équipe Les Grimaldi Milites sous le regard de son oncle le prince Albert II de Monaco, au chapiteau Fontvieille, France, le 15 juin 2024. Les monégasques ont rencontré l'équipe Martel, venant de Paris, les lyonnais de la Confrérie des Loups, Les Comtois de Franche Comté, les Faucons Noirs de Touraine et les Bannerets d'Auvergne. Les Grimaldi Milites ont terminé 3eme de ce tournoi. Le béhourd est une forme de combat médiéval. Il s'agit d'une adaptation contemporaine d'une pratique sportive et guerrière ancienne. Les compétiteurs s'y affrontent en armure complète, à pieds, avec des armes en acier qui ne sont ni pointues, ni tranchantes. Les combats en équipes sont les plus populaires. Dans de tels affrontements, les coups sont portés à pleine puissance, et seules certaines techniques jugées trop dangereuses comme les coups d'estoc (c'est-à-dire portés avec la pointe, pour planter) ou les coups derrière les genoux sont interdites. Les coups de pieds, de poings, de genoux, les prises de corps à corps sont autorisés. L'équipe qui gagne est celle qui parvient à terminer la manche avec encore au moins un joueur debout sur ses deux jambes. Le but est donc de faire chuter les membres de l'équipe adverse par tous les moyens autorisés, l'arme à la main. Cette pratique se revendique héritière des tournois médiévaux, qu'elle entend remettre au goût du jour sous forme sportive, mais aussi culturelle de par sa dimension historique, qui transmet un savoir sur l'histoire de France, sur la chevalerie et sur la guerre au Moyen-Âge de façon ludique et spectaculaire. Cette pratique est apparue au XIIème siècle, a évolué jusqu'au XVIème siècle pour finalement s'éteindre et réapparaître aujourd'hui sous cette nouvelle forme sportive. © Bruno Bebert/Bestimage


Il a d'ailleurs participé à un tournoi avec son équipe le 15 juin 2024
Exclusif - Pierre Casiraghi a participé au tournoi de Béhourd (combat médiéval) de la Principauté de Monaco avec son équipe Les Grimaldi Milites sous le regard de son oncle le prince Albert II de Monaco, au chapiteau Fontvieille, France, le 15 juin 2024. Les monégasques ont rencontré l'équipe Martel, venant de Paris, les lyonnais de la Confrérie des Loups, Les Comtois de Franche Comté, les Faucons Noirs de Touraine et les Bannerets d'Auvergne. Les Grimaldi Milites ont terminé 3eme de ce tournoi. Le béhourd est une forme de combat médiéval. Il s'agit d'une adaptation contemporaine d'une pratique sportive et guerrière ancienne. Les compétiteurs s'y affrontent en armure complète, à pieds, avec des armes en acier qui ne sont ni pointues, ni tranchantes. Les combats en équipes sont les plus populaires. Dans de tels affrontements, les coups sont portés à pleine puissance, et seules certaines techniques jugées trop dangereuses comme les coups d'estoc (c'est-à-dire portés avec la pointe, pour planter) ou les coups derrière les genoux sont interdites. Les coups de pieds, de poings, de genoux, les prises de corps à corps sont autorisés. L'équipe qui gagne est celle qui parvient à terminer la manche avec encore au moins un joueur debout sur ses deux jambes. Le but est donc de faire chuter les membres de l'équipe adverse par tous les moyens autorisés, l'arme à la main. Cette pratique se revendique héritière des tournois médiévaux, qu'elle entend remettre au goût du jour sous forme sportive, mais aussi culturelle de par sa dimension historique, qui transmet un savoir sur l'histoire de France, sur la chevalerie et sur la guerre au Moyen-Âge de façon ludique et spectaculaire. Cette pratique est apparue au XIIème siècle, a évolué jusqu'au XVIème siècle pour finalement s'éteindre et réapparaître aujourd'hui sous cette nouvelle forme sportive. © Bruno Bebert/Bestimage


Il a ainsi combattu en armure médiévale sous les yeux du prince Albert de Monaco
Exclusif - Pierre Casiraghi a participé au tournoi de Béhourd (combat médiéval) de la Principauté de Monaco avec son équipe Les Grimaldi Milites sous le regard de son oncle le prince Albert II de Monaco, au chapiteau Fontvieille, France, le 15 juin 2024. Les monégasques ont rencontré l'équipe Martel, venant de Paris, les lyonnais de la Confrérie des Loups, Les Comtois de Franche Comté, les Faucons Noirs de Touraine et les Bannerets d'Auvergne. Les Grimaldi Milites ont terminé 3eme de ce tournoi. Le béhourd est une forme de combat médiéval. Il s'agit d'une adaptation contemporaine d'une pratique sportive et guerrière ancienne. Les compétiteurs s'y affrontent en armure complète, à pieds, avec des armes en acier qui ne sont ni pointues, ni tranchantes. Les combats en équipes sont les plus populaires. Dans de tels affrontements, les coups sont portés à pleine puissance, et seules certaines techniques jugées trop dangereuses comme les coups d'estoc (c'est-à-dire portés avec la pointe, pour planter) ou les coups derrière les genoux sont interdites. Les coups de pieds, de poings, de genoux, les prises de corps à corps sont autorisés. L'équipe qui gagne est celle qui parvient à terminer la manche avec encore au moins un joueur debout sur ses deux jambes. Le but est donc de faire chuter les membres de l'équipe adverse par tous les moyens autorisés, l'arme à la main. Cette pratique se revendique héritière des tournois médiévaux, qu'elle entend remettre au goût du jour sous forme sportive, mais aussi culturelle de par sa dimension historique, qui transmet un savoir sur l'histoire de France, sur la chevalerie et sur la guerre au Moyen-Âge de façon ludique et spectaculaire. Cette pratique est apparue au XIIème siècle, a évolué jusqu'au XVIème siècle pour finalement s'éteindre et réapparaître aujourd'hui sous cette nouvelle forme sportive. © Bruno Bebert/Bestimage

La suite après la publicité

Né le à Monaco, Pierre Casiraghi est le second fils de la princesse Caroline de Monaco, qui n’est autre que la soeur de l’actuel souverain monégasque, le prince Albert II. Homme d’affaires accompli, Pierre Casiraghi apparait quasiment toujours vêtu d’un élégant costume lors de ses sorties en public notamment au bras de son épouse Beatrice Borromeo, mais aussi de ses apparitions officielles aux côtés du reste de la famille princière de Monaco. Pourtant, c’est dans une tenue diamétralement opposée à ses habitudes que le fils de Caroline de Monaco est apparu jeudi 15 juin 2024. Ce jour-là, Pierre Casiraghi a participé au tournoi de Béhourd (combat médiéval) de la Principauté de Monaco avec son équipe baptisée Les Grimaldi Milites. Il a ainsi combattu en armure médiévale sous le regard du prince Albert II de Monaco, au chapiteau Fontvieille. Les monégasques ont rencontré l’équipe Martel, venant de Paris, les lyonnais de la Confrérie des Loups, les Comtois de Franche Comté, les Faucons Noirs de Touraine et les Bannerets d’Auvergne. Les Grimaldi Milites ont terminé 3e de ce tournoi.

Concrètement, le Béhourd est une forme de combat médiéval un peu particulier. Il s’agit d’une adaptation contemporaine d’une pratique sportive et guerrière ancienne. Les compétiteurs s’y affrontent en armure complète, à pieds, avec des armes en acier qui ne sont ni pointues, ni tranchantes, dans un souci évident de sécurité pour les participants. Les combats en équipes sont les plus populaires. Dans de tels affrontements, les coups sont portés à pleine puissance. Toutefois, certaines techniques sont interdites car jugées trop dangereuses. C’est notamment le cas des coups d’estoc, qui sont portés avec la pointe de l’arme dans le but de planter son adversaire. Mais aussi des coups portés derrière les genoux. Les coups de pieds, de poings, de genoux, les prises de corps à corps sont en revanche autorisés.

Exclusif - Pierre Casiraghi a participé au tournoi de Béhourd (combat médiéval) de la Principauté de Monaco avec son équipe Les Grimaldi Milites sous le regard de son oncle le prince Albert II de Monaco, au chapiteau Fontvieille, France, le 15 juin 2024. Les monégasques ont rencontré l'équipe Martel, venant de Paris, les lyonnais de la Confrérie des Loups, Les Comtois de Franche Comté, les Faucons Noirs de Touraine et les Bannerets d'Auvergne. Les Grimaldi Milites ont terminé 3eme de ce tournoi. Le béhourd est une forme de combat médiéval. Il s'agit d'une adaptation contemporaine d'une pratique sportive et guerrière ancienne. Les compétiteurs s'y affrontent en armure complète, à pieds, avec des armes en acier qui ne sont ni pointues, ni tranchantes. Les combats en équipes sont les plus populaires. Dans de tels affrontements, les coups sont portés à pleine puissance, et seules certaines techniques jugées trop dangereuses comme les coups d'estoc (c'est-à-dire portés avec la pointe, pour planter) ou les coups derrière les genoux sont interdites. Les coups de pieds, de poings, de genoux, les prises de corps à corps sont autorisés. L'équipe qui gagne est celle qui parvient à terminer la manche avec encore au moins un joueur debout sur ses deux jambes. Le but est donc de faire chuter les membres de l'équipe adverse par tous les moyens autorisés, l'arme à la main. Cette pratique se revendique héritière des tournois médiévaux, qu'elle entend remettre au goût du jour sous forme sportive, mais aussi culturelle de par sa dimension historique, qui transmet un savoir sur l'histoire de France, sur la chevalerie et sur la guerre au Moyen-Âge de façon ludique et spectaculaire. Cette pratique est apparue au XIIème siècle, a évolué jusqu'au XVIème siècle pour finalement s'éteindre et réapparaître aujourd'hui sous cette nouvelle forme sportive. © Bruno Bebert/Bestimage
© BestImage, Bruno Bebert / Bestimage
Pierre Casiraghi pratique le combat médiéval en armure et en équipe

L’équipe qui gagne est celle qui parvient à terminer la manche avec encore au moins un joueur debout sur ses deux jambes. Le but est donc de faire chuter les membres de l’équipe adverse par tous les moyens autorisés, arme à la main. Cette pratique se revendique comme étant l’héritière spirituelle des tournois médiévaux, qu’elle entend remettre au goût du jour sous forme sportive. Mais aussi culturelle de par sa dimension historique, qui transmet un savoir sur l’histoire de France. Ainsi que sur la chevalerie et sur la guerre au Moyen-Âge de façon ludique et spectaculaire. Cette pratique est apparue au XIIe siècle et a évolué jusqu’au XVIe siècle, pour finalement s’éteindre, puis réapparaître aujourd’hui sous cette nouvelle forme sportive.

Written by
Ebene Media

Toute l'actualité en direct. Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux: Abonnez-vous à Youtube: cliquez ici -- Suivez-nous sur Facebook: cliquez ici -- Suivez-nous sur Twitter: cliquez ici -- Suivez-nous sur Tik Tok: cliquez ici

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Articles

L’Azerbaïdjan veut aider les territoires français «souffrant de la colonisation» à acquérir leur indépendance

Le président azerbaïdjanais Ilham Aliev s’est engagé le 20 juillet à aider...

Le pire cauchemar des astronautes? Le feu

Des scientifiques tentent de mieux comprendre son comportement dans l’espace. Par définition,...

Et si on mettait de la peau de dauphin sur les bateaux pour qu'ils naviguent plus vite?

Pas de la vraie peau de ces cétacés, on vous rassure. Ce...

Présidentielle américaine : Joe Biden annonce le retrait de sa candidature

Joe Biden a fait savoir par voie de communiqué, ce 21 juillet,...