Au Royaume-Uni, médias et politiques s’intéressent enfin aux victimes du scandale du logiciel Horizon

0
28
Au Royaume-Uni, médias et politiques s’intéressent enfin aux victimes du scandale du logiciel Horizon

« Distancé par Apple au moment de prendre le virage du smartphone, Microsoft est revenu dans la course » « En cas de défaite de l’Ukraine, le pouvoir de Poutine serait plus assuré et il n’en serait que plus enclin à d’autres aventures militaires » Guy Burgel, géographe : « Il est à craindre que les Jeux olympiques de Paris 2024 creusent un déficit démocratique » « En course pour les Oscars, “Anatomie d’une chute” a pris maintes fois la lumière et autant de coups qui, plutôt que l’affaiblir, le font grandir » « Qui après nous vivrez », d’Hervé Le Corre : cette vieille envie d’écrire sur la fin du monde « Plus belle la vie », « Demain nous appartient », « Ici tout commence » : l’usine à feuilletons française tourne à plein régime Il a fallu la diffusion, début janvier, d’une minisérie télévisée pour que l’opinion publique prenne conscience de l’ampleur de cette affaire, dans laquelle au moins 800 responsables de bureaux de poste ont été injustement accusés de fraude. Par Cécile Ducourtieux (Londres, correspondante) Le scandale est à peine croyable : entre 1999 et 2015, au moins 800 responsables de bureaux de poste au Royaume-Uni ont été injustement accusés de fraude par leur contractant, la poste britannique (The Post Office, une entreprise publique). Ils ont été condamnés pour vol et même, pour 236 d’entre eux, emprisonnés à cause d’un logiciel de caisse défectueux baptisé « Horizon », édité par l’entreprise japonaise Fujitsu, déployé à partir de la fin des années 1990 dans les 11 500 bureaux de poste du Royaume-Uni. Nouvellement équipés d’Horizon, des responsables de bureaux constataient que le logiciel faisait apparaître des soldes négatifs dans leurs comptes. Beaucoup se sont retrouvés sans comprendre avec des milliers de livres sterling de découvert, laissant penser qu’ils n’avaient pas déclaré tous leurs gains. Or, leur contrat de franchise les oblige à combler eux-mêmes ces déficits. Au lieu de collecter leurs plaintes contre Horizon, la poste britannique a poursuivi ces commerçants en justice, sans rien vouloir entendre de leur désarroi ni des éventuels bugs, assurant que le logiciel était « robuste ». Jusqu’alors, les souffrances de ces pauvres gens et de leurs familles, déshonorés et ruinés, n’avaient suscité que la relative indifférence des médias et des politiques, tous bords confondus, à l’exception de quelques députés et journaux spécialisés, dont Private Eye ou Computer Weekly. En mars 2022, Le Monde avait interrogé plusieurs de ces victimes désespérées d’être un jour réhabilitées. Et personne, ni chez Fujitsu ni dans la hiérarchie du Post Office, une véritable institution, jusqu’alors très respectée dans le pays, n’avait été poursuivi. Il a fallu la diffusion, tout début janvier, d’une minisérie sur la chaîne ITV, Mr Bates versus The Post Office, retraçant le combat acharné pour la vérité d’une poignée de « postmasters » (gérants de bureau de poste), dont Alan Bates, un des meneurs des associations de victimes (interprété avec humanité par l’acteur Toby Jones), pour que l’opinion publique se réveille. Le premier des quatre épisodes a été visionné par 9,2 millions de personnes en seulement sept jours, un énorme succès d’audience. Depuis, le gouvernement conservateur multiplie les initiatives pour rattraper le temps perdu et tenter de réparer ce que les tabloïds découvrent soudainement comme la « pire injustice de l’histoire britannique ». Tout contrit, le premier ministre, Rishi Sunak, a assuré, mercredi 10 janvier, que « les victimes doivent obtenir rapidement justice et être indemnisées. Elles ont travaillé durement pour leur communauté, mais leurs vies et leur réputation ont été détruites alors qu’elles n’avaient aucun tort ». Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil. Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette). En cliquant sur « Continuer à lire ici » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte. Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents. Profitez d’une semaine offerte et accédez à tous nos contenus Une semaine offertepour découvrirtous nos contenus

Lire aussi :  Ricciardo revient sur une convalescence "plus dure" que prévu